Opinions

Eloge de la comptabilité

Pierre Cormon Publié le mercredi 05 juin 2024

Lien copié

Les personnes à la tête d’entreprises sont souvent habitées par une vision. Elles veulent proposer le meilleur pain du quartier dans un cadre convivial, une solution inédite pour la maintenance des serveurs informatiques ou des conseils RH sur mesure, basés sur les avancées de la recherche. Elles ne ménagent pas leurs efforts pour la réaliser. A côté de cela, la comptabilité peut les rebuter.

Quand on est convaincu d’avoir trouvé LA solution à un problème lancinant, on n’a pas forcément très envie ni beaucoup de temps pour se pencher sur des flux de trésorerie. De nombreuses entreprises n’ont donc qu’une vision assez vague de leur situation financière à l’instant T. Elles jonglent entre rentrées d’argent et factures.

La loi accorde six mois aux entreprises pour boucler la comptabilité après la fin de l’exercice. Elles sont nombreuses à ne pas respecter ce délai. Mais si elles oublient la comptabilité, la comptabilité ne les oublie pas. Un jour peut arriver où l’on s’aperçoit que l’on n’a pas en caisse de quoi payer ses factures. On compte sur des rentrées à venir, mais entretemps, d’autres factures viennent s’accumuler. On se retrouve surendetté, même si les bases peuvent être saines. Souvent, il s’agit d’un simple problème de liquidités. S’il n’est pas traité de manière adéquate, il peut cependant couler l’entreprise. On aurait pu s’en apercevoir plus tôt, mais on n’avait pas une idée précise de la situation, et on l’a laissée se dégrader.

Pour éviter d’en arriver là, la meilleure solution est de suivre la situation en continu, comme la loi oblige les sociétés de capitaux à le faire. Des tableaux de bord permettent de suivre les indicateurs clé. Un tableau des flux de trésorerie aide par exemple à suivre l’état de ses liquidités et à identifier à l’avance d’éventuels passages difficiles. On peut alors prendre les mesures nécessaires pour éviter qu’ils ne plombent l’entreprise: renoncer ou repousser une dépense, demander un délai à un fournisseur, passer ses frais au crible, etc.

Les spécialistes de la gestion d’entreprise ne cessent de le répéter: il ne faut pas attendre que la situation soit grave avant de réagir. Plus tôt on le fait, plus aisément on peut redresser la situation. Des entreprises proposent des outils et des conseils pour le faire. Il serait dommage de s’en priver.

Opinions en lien