La mécanique du cœur, c’est son métier!

Trouver son âme sœur est un défi
Trouver son âme sœur est un défi
Vincent Malaguti
Publié le lundi 20 novembre 2023
Lien copié

#Rencontre Rechercher une relation amoureuse sérieuse: l'aide d'une personne spécialisée peut être précieuse.

Isabelle Makil, fondatrice de l’agence Nous-Deux, est coach spécialisée en accompagnement amoureux. Un métier appris en autodidacte. Son quotidien consiste à accompagner ses clients dans leur quête sentimentale. «Je les aide à travailler sur leur image, leur personnalité, leur façon d’être, d’agir, à comprendre leur histoire, leurs échecs amoureux.» Son objectif est d’apporter une vision plus objective d’une relation amoureuse. Sans cela, impossible de construire une nouvelle relation saine et équilibrée.

Trouver son âme sœur est un défi. La rencontre fait référence à quantité de paramètres à gérer. Cela nécessite des accompagnements particuliers. C’est sur leurs bases qu’Isabelle Makil fixe le prix de son travail. Les personnes se rendant dans son cabinet n’ont pas de profils types. Un seul point commun: la recherche d’une véritable relation sérieuse, orientée sur le long terme.

«J’ai ouvert mon cabinet en 2019, et j’observe un rajeunissement de ma clientèle.» Un constat: ses clients se disent désemparés par les rencontres virtuelles, mais également par la vie. Il est de plus en plus difficile de trouver quelqu’un actuellement, selon elle. «Il n’y a jamais eu autant de célibataires. Pourtant, il n’y a jamais eu autant de possibilités de se rencontrer avec la multiplication des sites de rencontres.» Isabelle Makil ne les perçoit pas comme des concurrents. Bien au contraire. «Pour moi, ils sont le point de départ de la démarche qui amène la clientèle vers mon cabinet.»

Une différence entre critères et résultats

Contrairement à ce qu’il est possible de faire sur ces plateformes, on ne peut rien lui cacher. «Chez moi, on ne peut pas mentir. Et toutes les personnes que je mets en relation font partie du réseau de mon agence.» Elle reçoit des personnes célibataires, veuves, divorcées ou séparées. Elle vérifie le statut relationnel des clients, en leur demandant de présenter des documents officiels. Cette démarche est, selon elle, un gage d’intégrité et de déontologie.

La grande difficulté dans son métier passion, comme elle le répète à de nombreuses reprises: les attentes parfois élevées et immédiates de succès dans une rencontre. Elle mise sur un levier précis pour atteindre cet objectif: le ciblage. «J’aime que les choses soient bien faites. Je ne présente pas quinze personnes. Je me cantonne à la combinaison de deux profils.» Dans ce métier si particulier, comment savoir que le travail est réussi? «Je n’ai pas de critères précis. Je le ressens.» Un peu comme l’amour, finalement: «Nous ne tombons pas amoureux de critères, mais bien d’une personnalité.» Une attitude, un comportement ou une expression peuvent nous séduire. «Il arrive que l’on soit surpris par la différence entre les critères définis par la clientèle et le résultat», conclut Isabelle Makil.

insérer code pub ici